Le jeudi 19 octobre 1916, Jean de Raphélis-Soissan est blessé près de Verdun, à Avocourt

Extrait des carnets de Guerre de Jean de Raphélis-Soissan à la date du 19 octobre 1916 :

jean-de-raphelis-soissan-janvier-1917Le matin ravitaillement avec Victor Barlatier. Après la soupe, alors qu’on se trouvait réunis à huit dans la cuisine, un obus est tombé en plein milieu. J’ai été assommé, je me suis sauvé chez le major avec les autres. Ne voyant pas revenir Victor, je suis retourné dans la cuisine , je l’appelai et, soudain, en me retournant, je l’ai vu par terre qui râlait. Je n’ai pu que lui fermer les yeux. Le sergent lui a donné l’absolution. J’ai pour ma part reçu des éclats à la figure et à l’épaule droite. Nous sommes partis et arrivés à l’ambulance où on nous a fait une injection de sérum.

Il sera soigné au « Vittel Palace » transformé en hôpital militaire et recevra la croix de guerre avec étoile d’argent et citation à l’ordre de la division : « Brancardier dévoué et énergique, blessé le 19 octobre 1916 par éclat d’obus, a voulu que l’on soigne d’abord ses camarades plus grièvement atteints, donnant ainsi un bel exemple de fraternité d’armes, de mépris de la douleur et du danger. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*