Compagnie Gérard & Fils

En 1830, la compagnie Gérard & Fils1 obtient la concession du service de messagerie entre le continent et la Corse. Le service était assuré par trois navires à vapeur et à roues à aube, le Golo, le Liamone et le Var.

C’est la première fois qu’un service régulier est assuré entre le contient et la Corse. En voici les horaires :

  • Toulon – Bastia : Départ le jeudi à 8 heures – Arrivée le vendredi à 14 heures,
  • Toulon – Ajaccio : Départ le dimanche à 8 heures – Arrivée le lundi à 10 heures,
  • Bastia – Toulon : Départ le dimanche à 10 heures – Arrivée le lundi à 16 heures,
  • Ajaccio – Toulon : Départ le jeudi à 10 heures – Arrivée le vendredi à 12 heures.

Outre le courrier, les bateaux transportent aussi quelques passagers dont Honoré de Balzac, Gustave Flaubert et Prosper Mérimée. C’est ainsi que le 2 octobre 1840, Gustave Flaubert embarque à Toulon pour son baptême de mer à bord du Golo. L’état de la mer est épouvantable et Flaubert est victime du mal de mer.

En 1842, très critiquée, la compagnie Gérard & Fils est remplacée par un service d’état, qui sera à son tour critiqué…

Notes et références

  • Corsica Maritima – Charles Finidori, 1997
  1. Joseph Dominique et Emile Gérard. Joseph Dominique décède le 21 septembre 1830 à Toulon, c’est donc son fils Emile Gérard qui prend la suite.

Le 21 juin 1875, les héritiers d’Aza Vincent et Eliza Gérard se partagent la succession

Le 11 mai 1857, après le décès d’Aza Vincent survenu le 9 février 1853, ses sept enfants vivants se partagent la majeure partie des biens de la succession, presque entièrement immobilière. Ce partage est fait par tirage au sort devant B. Gas, notaire à Toulon. Ne restent dans l’indivision que :

  • le mobilier,
  • une maison située au n°13 bis place d’Armes à Toulon, composée d’un rez-de-chaussée avec magasin, de quarte étages et d’un cinquième en retrait, ayant trois fenêtres à chaque étage sur la place d’armes et quatre sur la rue Possel,
  • un domaine rural dit Les Minimes à La Valette,
  • une propriété rurale située à Toulon dite La Croix de Vidal, cette propriété avait été acquise par M. Joseph Dominique Gérard le 18 frimaire an 12,
  • un grand domaine dit Mauvanne à Hyères, acquis par M. Joseph Dominique Gérard, difficile à partager et donc vendu au enchères avec une mise à prix de 130 000 francs.

Le 21 juin 1875, après le décès d’Eliza Gérard, veuve d’Aza Vincent, survenu le 24 janvier 1874, ses héritiers se réunissent à l’étude de B. Gas pour se partager les biens de leur mère. Le domaine dit Mauvanne ne pouvant être partagé a été vendu aux enchères. A cette succession sont ajoutées celles de leur frère Auguste et de leur sœur Emilie décédés sans héritiers. Sont présents : Emile Vincent, Félix Vincent, Marie Vincent, Elise Gérard, veuve d’Edmond Vincent et représentant leurs huit enfants mineurs, Charles Gérard agissant comme mandataire des trois enfants de Zélia Vincent et Paulin de Montéty.

Le tirage au sort est fait de la manière suivante : les biens immobiliers ont été expertisés et répartis en cinq lots de 80 000 francs. De même, les biens mobiliers ont été expertisés et répartis en cinq lots de 3 181 francs. Le notaire a préparé deux chapeaux, dans l’un il y a cinq papiers avec sur chacun le nom de l’un des héritiers, dans l’autre il y a cinq papiers avec sur chacun un numéro de lot. Chacun des présents tire un papier de chaque chapeau. Pour les biens immobiliers, le tirage donne :

  • Félix Vincent : La propriété à Toulon dite la Croix de Vidal (estimée 40 000 francs) et diverses valeurs mobilières,
  • Marie Vincent (épouse de Félix Édouard Brest) : Les Minimes à La Valette (estimés 70 000 francs) et 10 000 francs,
  • Enfants d’Edmond Vincent1 : La maison au n°13 bis de la place d’Armes à Toulon (estimée 80 000 francs),
  • Émile Vincent : La maison du n°76 de la rue de Rome à Marseille (estimée 70 000 francs) et diverses valeurs mobilières,
  • Enfants de Zélia Vincent (épouse de Paulin de Montéty) : La maison du n°6 de la rue Montgrand à Marseille (estimée 45 000 francs) et 35 000 francs.

Puis les présents tirent au sort les cinq lots du mobilier.

Notes et références

  1. Edmond Vincent est mon ancêtre