Combat du faubourg Saint-Antoine

Le combat du faubourg Saint-Antoine a eu lieu le 2 juillet 1652. Turenne après avoir été frondeur s’était rallié au Roi et défendait Paris contre Condé. Le Roi et la Cour étaient sur les hauteurs de Montmartre, l’armée royale massée dans la plaine Saint-Denis et les portes de Paris fermées. Le dessein de Condé était de passer la Marne à Charenton, mais, pressé par Turenne il fit tourner son canon contre la cavalerie royale et se barricada dans le faubourg Saint-Antoine.

Beaucoup de personnes de la Cour obligèrent Turenne à attaquer avant l’arrivée de son artillerie ; il dut engager les gardes, les gens d’armes du Roi dans deux rues parsemées de barricades, tandis que l’infanterie de Condé était postée dans les maisons. Le combat fut opiniâtre; l’arrivée du maréchal de La Ferté avec des renforts faillit provoquer la perte des frondeurs, mais, à ce moment, la fille de Gaston d’Orléans, la Grande Mademoiselle, intervint en faisant de sa propre initiative ouvrit la porte Saint-Antoine aux débris de l’armée de Condé et en faisant tirer le canon de la Bastille sur les troupes royales. Ce geste spectaculaire sauva l’armée de Condé qui alla se loger au faubourg Saint-Jacques et mit la capitale à la merci du vainqueur de Rocroi.

Lien avec la famille

Esprit de Raffélis participa au combat du faubourg Saint-Antoine en 1652, du côté des troupes royales et sous les ordres de Turenne.

Notes et références

  • Histoire et généalogie de la famille de Raphélis-Soissan et des familles alliées, Charles de Raphélis-Soissan, inédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*