Château de Draveil

Château de Draveil

En 1787, notre aïeul Jean-François Bérard – sa fille Victoire avait épousé Jean Abeille – négociant à Saint Domingue, décide de rentrer en France. En 1790 il achète à crédit le château de Draveil.
En 1795, il est arrêté par les révolutionnaires et meurt en garde à vue dans son château.
A Saint Domingue, la révolte des noirs prive la famille de tous ses biens et en 1800, le château de Draveil est vendu à un prix qui permet tout juste de rembourser les dettes.
Devant désormais travailler pour vivre, les Bérard ouvriront une maison d’éducation pour jeunes filles, d’abord à Thiais puis à Paris, rue Poissonnière.

Notes et références

2 commentaires à propos de “Château de Draveil”

  1. Jean Francois Berard was a trader with Nantes and owner of l’Artibonite, a plantation in West Province, Saint-Domingue at Petite Riviere. When he removed from the plantation for France, 1789, he left his son, Jean Jacques Berard in charge of the plantation. In 1797, the remaining Berard family left the plantation (Indigoterie, coffee, cotton and livestock) and arrived in NYC, August 21, 1797 expecting to live in a funrnished home on lower Reade St. for a short time until events proved propitious in S-D and they would return to reclaim the plantation. Jean-Jacques Berard did return to S-D shortly after settling in New York but died in St. Marc, Sept. 12, 1799. His widow, in New York, Marie Bossard Berard was then supported by her slave, Venerable Pierre Toussaint (1780?-1853) who’s cause for canonization proceeds in Rome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.