Ventes de terrains par les Pascalis – Juin 1858

Étude de Me Barrême, avoué, rue du Collège, 12. Purge d’hypothèques légales.

Par actes des dix et vingt-trois juin mil huit cent cinquante-huit, notaire Millard, à Lançon, Mme Marie-Élisabeth-Gabrielle Maurin, veuve de M. Antoine-André-Claude Pascalis, vivant maréchal de camp en retraite, domicilié à Lançon ; M. Simon-Jude-Adolphe Pascalis, négociant, domicilié à Marseille ; M. Paul-Stanislas-Fortune Pascalis, ingénieur, domicilié à Gray (Haute-Saône) ; Mme Marie-Cécile Pascalis, veuve de M. Louis-Laurent Caire, domiciliée à Marseille ; Mme Eugénie-Félicie-Geneviève Pascalis, épouse de M. François-Honoré-Alexandre Serré, propriétaires, domiciliés à Aix, ont vendu : 1° au sieur Lazare-Adolphe Rougon, aubergiste, domicilié à Laçon, au prix de trois mille sept cents francs, une contenance fixe de cinquante ares, cinquante centiares, faisant partie d’un pré, sis au terroir de Lançon, quartier de Maguavaou ou Gardette ; 2° au sieur Jean-Victor Devoux, agriculteur, domicilié à Lançon, au prix de quatre mille huit cents francs, une contenance fixe d’un hectare quatre-vingt-onze ares et dix-sept centiares, terre labourable, sise au même terroir, quartier du Chemin-de-Saint-Chamas ou du Mazet, dite terre des Chèvres, et 3° à la dame Magdeleine-Joséphine Saint Martin, épouse du sieur Louis-Auguste Rœuf, charron, domiciliè à Lançon, au prix de cinq mille quatre cent francs, 1° une contenance fixe de un hectare six ares, terre labourable, sis au terroir de Lançon, quartier du Mazet, dite en partie la Pointe ; et 2° une autre contenance fixe de cent seize ares quatre-vingt centiares, en oliviers, mêmes terroir et quartier – Du trois septembre mil huit cent cinquante huit, dépôt au greffe du tribunal civil d’Aix. Du quatre dudit, signification à M. la procureur impérial, près ledit tribunal, avec la déclaration prescrite par l’avis du conseil d’État du neuf mai mil huit cent sept.

L. Barrême, avoué

Étude de Me Heirieis, avoué, rue des Épinaux, 9. Purge d’hypothèques légales.

Par acte du huit juin mil huit cent cinquante-huit, notaire Millard à Lançon, le sieur Jacques Lion, marchand de comestibles, domicilié à Lançon, a acquis au prix de douze cents francs, du sieur Simon-Jules- Adolphe Pascalis, négociant, domicilié et demeurant à Marseille, une propriété sise au terroir de Lançon, quartier du Moulin-de-Cornille ou Roquille, partie complantée d’oliviers et d’amandiers et partie inculte, contenant un hectare trente-neuf ares cinquante centiares. – Par acte du neuf juin mil huit cent, cinquante-huit, même notaire, le sieur Jean-Joseph Bousquet, propriétaire cultivateur, domicilié à Lançon, a acquis au prix total de quatre mille francs, savoir : dudit sieur Simon-Jude Pascalis, au prix de trois mille six cents francs, une propriété sise sur les terroirs de Lançon et de Salon, quartier des Tamarisses, eu terre labourable, de la contenance de un hectare quatre-vingt-six ares vingt-quatre centiares; et de la dame Marie-Elisabeth-Gabrielie Maurin, propriétaire, veuve de M. Antoine-André-Claude Pascalis, vivant maréchal de camp en retraite, domiciliée à Lançon, au prix dé quatre cents francs, une vieille bergerie avec bassecour, ses attenances et dépendances, sise au terroir de Lançon, quartier du Mazet, dite Bergerie des Chèvres. Par autre acte du même jour, même notaire, le sieur Jean-Joseph-Pilavène, propriétaire-cultivateur, domicilié a Lançon., a acquis au prix de deux mille cent quatre-vingt-deux francs quatre-vingt-trois centimes, 1° de ladite dame Maurin, veuve Pascalis ; 2° dudit sieur Adolphe Pascalis ; 3°du sieur Paul-Stanislas-Fortuné Pascalis, ingénieur, domicilié à Gray (Haute-Saône) , et 4° de la dame Marie-Cécile Pascalis, veuve de M. Louis Laurent Caire, propriétaire, domiciliée à Marseille, la contenance fixe de cinquante-six ares treize centiares, à prendre sur plus forte, sise au territoire de Lançon, quartier du Mazet, complantée d’oliviers et de quelques mûriers. Par autre acte du même jour, même notaire, le sieur Jean-Louis Monge, propriétaire cultivateur, domicilié à Lançon, a acquis des susnommés, au prix total de neuf cents francs, 1° une propriété, sise au terroir de Lançon, quartier des Ferrages ou Saravaou, en terre labourable, complantée de quelques mûriers, contenant douze ares trente-huit centiares ; 2° une autre propriété, sise au terroir de Lançon, quartier du Chemin de-Grans, en terre labourable, complantée d’amandiers, contenant environ cinquante-six ares. Enfin, par acte du douze dudit mois de juin, notaire Ollivier à Pélissanne, le sieur Jean-François Granier, propriétaire cultivateur, domicilié à Lançon, a acquis au prix de cinq mille francs, dudit sieur Adolphe Pascalis, une portion à prendre, du côté du couchant, sur une propriété de terre labourable complantée de quelques mûriers, de la contenance fixe de deux hectares soixante-deux ares; quatre-vingt-douze centiares, sise sur le territoire de Lançon, au quartier du Plan, dite Camp, se composant, ladite portion vendue, de toute la partie de ladite propriété située sur le territoire de Salon. et d’une partie de la surface sise sur le terroir de Lançon. Du trente-un août mil huit cent cinquante-huit, dépôt au greffe du tribunal civil d’Aix d’une copie collationnée de chacun des actes notaire Millard, d’une expédition de l’acte notaire Ollivier, et d’un extrait analytique de tous lesdits actes. Du quatre dudit mois d’août, signification dudit acte de dépôt à M. le procureur impérial près ledit. tribunal, avec la déclaration prescrite par l’avis du conseil d’État du 9 mai 1807.

G. Heirieis, avoué.

Notes et références

La mémorial d’Aix, journal politique, littéraire, administratif, commercial, agricole et feuille officielle d’annonces légales, Dimanche 5 septembre 1858

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*